Le syndrome de l'éleveur

  • Par
  • Le 14/04/2018

 

Connaissez vous le syndrome de l'éleveur ? 

 

C'est un mal assez étrange, quand on y pense qui n'est d'ailleurs pas si éloigné de celui du syndrome du collectionneur sauf que le collectionneur, sur le principe, lui, cherche (souvent), trouve (parfois), restaure (quand il lui reste un peu d'argent) et stocke (la plupart du temps). 

 

L'éleveur a un truc bien particulier qui consiste à penser que le prochain de ces produits (c'est comme ça que l'on dit dans l'élevage, en tout cas équin) sera meilleur que celui d'avant. 

 

Cette fuite en avant, cet optimisme nécessaire voire obligatoire, pour faire face à tous les désagréments que le "reste" nous a fait éventuellement subir me revient en pleine poire. 

 

Voilà un an qu'une de mes passions était tombé en désuétude, fini, kaputt, plus rien, plus envie. Stop. 

 

Nous sommes au printemps, le miracle de la vie, comme le chanterait Disney, mais il y a de ça, en tout cas dans ce cas précis. 

 

Une personne proche de moi, mais dans la rubrique bonsaï cette fois si, reprend le collier et au moment où je couche ces lignes, est actuellement sur son lieu de prélèvement de buis préféré alors qu'il pensait tout stopper il y a quelques mois. 

 

Ma vie est un peu plus claire, en tout cas je vois un peu mieux le chemin que je vais prendre les années qui vont venir. et ce petit bout à crinière frisée  qui semble se préparer à gambader à nouveau dans mes prairies si vides me rappelle aussi tout le stress et l'inquiétude qui va avec ce syndrome. 

 

Curieux également car aujourd'hui j’accueillais à la maison un photographe ( http://www.brucesmithphotographer.com/  attention toutes les photos ne sont pas pour tout public)  et  son œil de novice dans le monde du bonsaï me donne espoir sur le fait que je pourrais avoir des arbres pas si mal dans quelques années, mais de là à me remettre à prélever ...