Créer un site internet

Choisir une espèce pour commencer le bonsaï

Il y a longtemps, j'ai commencé à (tenter de) faire du bonsaï. 

 

C'était il y a longtemps. Pas internet et pas ou peu d'infos. 

 

Alors j'ai testé... Et testé beaucoup. 

Bien sûr je n'étais pas au point sur l'apport de nourriture et encore moins sur les subtrats mais tout de même certains se sont largement détachés dans le bon sens  et d'autres, forcément dans le mauvais sens... 

Voici d'abord le type de tableau que j'utilisais à l'époque. 

 

 

 

Voici donc les espèces d'arbres à feuilles caduques que j'ai testé et que je déconseille aux débutants :

- Chênes (pour ainsi dire tous), m'apprécient pas le travail sur le racinaire, soucis majeur au niveau du feuillage (oïdïum), même en arrosant le matin, il faut traiter au lait entier assez souvent, et l'arbre s'affaiblit, et meurt au bout de quelques années...


- Châtaigniers, (Castanea sativa)  m'apprécient pas le travail sur le racinaire, facilement atteint par des chancres (mort d'une partie de l'écorce) 


- Bouleaux, sur les bouleaux, il faut travailler à l'inverse des autres espéces et toujours garder un bourgeon "qui monte". Malgré ça, durée de vie réduite. 


- Noisetier, je ne rappelle plus, mais c'était pas top. 

- Tilleul. Il y a plusieurs espèces de tilleuls. J'ai dû tester Cordata et/ou Platyphyllos ; le soucis vient de la taille des branches travaillées.

De trop grosses sections, disons d'un diamètre supérieur à un coton tige, je trouvais que les plaies avaient du mal à se refermer. Note à l'époque je n'utilisais pas de pince ronde concave... Le vieux bois devient (à une vitesse folle) une sorte de carton bouillie...

- Acacia-Robinier et autres arbres de la famille des Mimosacées... Les rempotages sont leurs ennemies.  En effet ces arbres vivent en symbiose avec des bactéries du sol. Nos substrats drainants et rempotages en ont vite raison...

- Arbre de Judée, voir au dessus, même famille, même causes, mêmes effets... 


- Marronniers, certains y arrivent... Perso, à part faire germer (et encore)... 

- Saules... Les saules type saule crevette, saule marceau, saule pleureur ont un système racinaire très fort et puissant. Tellement fort qu'on est amené à rempoter parfois 2 fois par an. Les racines doivent également rester en contact avec un récipient remplie d'eau... Bref, ils n'aiment pas trop la vie en pot. 

Quand ils arrivent à pousser et qu'on veut ligaturer, le fil marque et s'enfonce très rapidement dans l'écorce. Ensuite deux possibilités, soit l'arbre fait mourrir la branche car blessée ou bien la cicatrice est tellement moche que c'est vous qui la couperez. Possibilité de haubans... Mais bon, ça reste pas top. 

- Peupliers. J'ai essayé le peuplier tremble. Comme les saules et les espèces d'eau en général, quand ça pousse, ça pousse fort et les ligatures marquent ... 

 

Pour ce qui est des conifères, à éviter pour les débutants :


- Cèdres, racinaire chatouilleux
- Pin mugo ( également les cultivars 'Mughus' et autres ), arbres faibles
- Pin Maritime. Pas de bourgeonnement arrière sauf cas exeptionnel sur une très très (très) petites quantités de candidats. Aiguilles de grand format. 

 

Alors lesquelles choisir ? 

En feuillus "local" : 

- Orme champêtre    ( pour mes astuces de culture, clique sur le lien ci après =>  Les ormes Champêtres )

- Charme ( pour mes astuces de culture, clique sur le lien ci après => Les charmes )

- Aubépine ( pour mes astuces de culture, clique sur le lien ci après => Les Aubépines )

 

En feuillus "exotiques" : 

- Lonicera nitida (pour mes astuces de culture, clique sur le lien ci après => Les loniceras )

- Forthysia

- Erable de Burger

 

En conifère "Local" : 

-Pin sylvestre

En conifère " exotique"

-Junipérus chinensis

 

 

Ajouter un commentaire

 
×