Odon

Petite histoire de ce charme (Carpinus betulus) :

C'était un arbre de haie. Je l'ai travaillé (dans sa haie) durant 4 ans. Quand il a "gêné" et qu'il a fallut le retirer, je l'ai recépé (coupé la tête), mis en pleine terre et laissé tiger . 

A 1 odon pepi 1

 

Laissé durant 2 ans en pleine terre puis passage en pot de culture. Le substrat est composé de pumice, granulométrie moyenne à grosse. Avril 2015 

La pousse durant l'année a été assez prodigieuse due en grande partie à un apport d'engrais organique couplé à un chimique liquide. Il a donc fallut surveiller les fils de ligatures pour éviter qu'ils ne marquent trop. Les haubans sont donc venus en remplacements.  Printemps 2014

Printemps 2016

On peut voir en l'espace d'une seule année de culture comment certaines branches ont forcies et que certaines petites pousses que j'ai laissé pour devenir à leurs tours, de belles branches. J'ai pu le transpoter dans un pot de culture plus "regardable" au printemps suivant.

Juin 2016

Taille de "presque" printemps 2016, avec sa probable future face... plus ou moins... Soit un peu plus à droite ou à gauche ?

Img 1559

La tête sera aussi refaite, les bourgeons commencent juste à gonfler. Je pense faire cette sélectionne vers mi juillet 2016.

Image avec les premières feuilles, au printemps 2016 :

 

 

Puis en juin 2016 :

 

 

 

Hiver 2016, le printemps approche, et en même temps, je rapproche quelques pots. 

Il y a quelques années, seuls les pots ovales m'attiraient et puis j'ai compris certaines choses et c'est plus les rectangles qui m'inspirent maintenant. Bref, j'ai à disposition deux pots qui pourraient lui convenir, un ovale blanc cassé ou bien un rectangulaire marron et crême. Les deux ne sont pas de grande qualité puisque le premier est chinois et le second tchéque...LE doute m'habite (encore).

 

Et c'est donc vers le rectangulaire que j'ai jeté mon dévolu. Très honnêtement, j'aurais dû le passer par un pot intermédiaire.

Rentré au "chausse pied", il n'est pas orienté comme je le souhaite dans ce pot.

 

 

N'empêche.

 

N'empêche, je le propose pour l'expo club et lui fais faire une tablette "feuillu". 

Sur mes étagères, je lui appose une pierre, voir le sage plus haut. Pas sur que ça plaise, alors je planche sur autre chose...

 

  ou  

 

Il sera finalement exposé avec une petite plante d'accompagnement qui pousse sur sa pierre.

 

 

Puis à Bruges quelques mois après, avec ces couleurs d'automne, je lui mets une ruine de Rome.

 

 

Télécharger

 

 

 

La pousse 2017 n'a pas été à la hauteur de ce que j'attendais, disons qu'il a "poussoté".

 

Mon rempotage n'était, lui non plus, pas à la hauteur, ceci expliquant peut être cela... Ayant eu plusieurs critiques constructives lors de l'expo de Bruges, je me dis que je pourrais revoir ma copie.

 

Et c'est chose faite en ce début mars 2018. Passé au jet, retrait de tout l'ancien substrat, j'ai encore trouvé de la terre de jardin sous la base et rempoté dans 100% zéolithe. J'ai essayé de le repositionner suivant les conseils mais il n'y a pas, raisonnablement, la place pour. 

 

 

 

La racine du milieu, qui croisait, est retirée.

Preuve d'un mauvais apprentissage (c'est ça d'apprendre sur des bouquins et de ne pas tout comprendre) je fais mes arbres bien souvent pareil, c'est à dire que ma première branche est toujours la plus épaisse, jusque là "normal" me direz vous (?), mais aussi trop longue.

 

De ma façon de penser, puisque première branche et forcément branche d'équilibre, elle se devait de contre balancer l'arbre, mais suite au retour d'un potier connu au sein du club, j'apprends que cette idée est " de style Italien" et donc pas Japonaise...

Pour coller aux critères cette première branche doit être épaisse, certes mais moins longue que celle qui indique la direction, donc celle opposée...

 

Tu comprends, Lecteur ?

 

En gros, comme sur pleins d'autres arbres en cours, je réduis d'un côté la masse de feuillage (ici à gauche sur la photo) pour laisser pousser de l'autre côté (ici à droite). 

 

  

 

Mais, même en le bidouillant virtuellement (image qui suit) je n'arrive pas forcément à l'image idéale.

De toute façon, son cou de pigeon reste un véritable défaut, que je ne pourrais pas cacher, alors il sera comme il sera ?

 

En tout cas, je vise ça : 

 

Au minimum, car si la branche de droite était encore un poil plus longue, ça ne gâcherait rien.

Mais, mon soucis à cette époque, c'était le substrat : Zéolithe. Zéolithe pure... La pousse n'était pas formidable.

 

Et il faut attendre 2019 pour constater que la pousse est bonne, que la couleur du feuillage dure et dure bien, pas de maladie (oïdium). 

Je lui laisse faire sa vie durant cette année 2019.

 

Février 2020, pas de rempotage pour lui cette année. En ce début de printemps, juste un petit peu de taille, retirer un peu sur la gauche mais il en resterait encore à faire sauter. 

   

 

Puis vient le printemps 2020.

Depuis toujours, enfin depuis que je fais du bonsaï, je donne beaucoup d'engrais à mes arbres au printemps... ET ? 

 

ET ???

Ben, ça devient juste plus possible de loger tout le monde à la même enseigne ! Ces feuilles sont de la taille de feuilles de châtaigniers. Alors, la solution est de couper.

 

Suite à cette photo, j'ai encore retiré pas mal de feuilles.

 

Mars 2021. 

Constat de l'année écoulée, ma façon de gérer cet arbre est à revoir.  Ces feuilles trop grandes cachent le soleil aux bourgeons intérieurs et forcément vu que je m'oblige à ne pas trop tailler, certains bourgeons étant à l'intérieur sont donc morts.

"Retire les feuilles, qu'on voit mieux s'il te plait  ?"

Bon, en même temps, 2021, c'est rempotage, mais avant il y a  un peu de taille.

 

La galette n'est donc pas qu'une spécialité Bretonne,  ;) 

 

Fin Octobre 2021, les années se suivent et ne se ressemble pas, car aujourd'hi c'est le potentiel "Mychorises" qui est visible.

http://www.espritsdegoshin.fr/components/com_agora/img/members/3910/mini_champi2021-1.jpeghttp://www.espritsdegoshin.fr/components/com_agora/img/members/3910/mini_champi-2021-2.jpeg

 

 

 

Très légèrement tourné dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, pour l'implantation du racinaire, ce qui me gêne maintenant c'est que la première branche semble être une branche arrière, ce qui est contraire aux bonnes moeurs du Bonsaïka. La couper serait possible mais ça me dérangerait franchement. J'ai également couper une fourche sur la branche de gauche de façon à arrondir un peu plus le port de l'arbre (, bien que, sur le principe, je cherche toujours à faire partir un peu plus de végétation sur la droite...). 

 

Ajouter un commentaire

 
×