L'étendard sans gland

Évoluer, nos arbres, nous ou les deux ensembles c'est sûrement possible. Seul c'est dur.

 

En rejoignant le club de Bordeaux,en 2012,  j'espérais progresser et comprendre les erreurs que je faisais.
Dans le même temps ce club organisait un atelier dans une grande surface.

"Et les gars, il reste de la place, faut venir"...

Bon le problème, pour moi, c'est que mes arbres, à l'époque, je les travailles chez moi, coocooning quoi, alors devant des gens... Et puis trouver un truc "travaillable", pas un tout petit, histoire de ne pas venir pour rien et pouvoir travailler un peu...

Un tour dans la pépinière et bien je sors un gros... Charme.

 

Travaillé durant 5 ans en pleine terre, prélèvement puis re -pleine terre...

A la sortie du matin.

 

Encore un autre problème, tant qu'a faire : Le pot !

J'ai pas de pot pour un engin dans ce genre... Mais à défaut, j'ai des ardoises, une plaque de résine, du vieux ciment... Je fais un essai, tant qu'à me planter, autant le faire en beauté.
 

Création du "pot", un contenant.
 

 

==========
 

 

L'idée, pour faire un peu moins kitsh, aurait été de mettre un mélange genre kéto dans les trous pour y incorporer de la mousse et des petites fougères...


Arrivé dans la grande surface, entre les demandes et questions des clients, c'est pas toujours facile de se remettre au travail... Quelques conseils de la part de mes comparses et j'arrive à ce résultat :

 


=====
 





En rentrant à la maison, j'ai coupé la branche en tête qui faisait doublon...
 

Le projet murrit un peu et vu l'implantation du racinaire, je me dirige vers un battu par les vents, version étendard.

Supprécion de la branche qui "gêne" cette forme.

Dscn0293 3df2e9e

Les travaux ont contitué à faire un peu de sélection en bout de branches (pas la meilleure des choses.)

en mars 2015  :

 

Mes poules ont eu raison de mon idée kitch d'incorporer de la mousse et des fougères. Toujours pas de pot à la démesure de cet arbre.

Rempotage "serré"en mars 2016 dans un grand pot, mais pas assez, je n'avais pas plus grand à l'époque... La tête a était baissée mais il reste encore du chemin. Il faut encore compacter et descendre la tête. C'est un arbre que j'ai laissé un peu partir au niveau des branches, trop de longueur et je coupe un peu pour revenir gentiment. Il faudrait pourtant être plus radical. 


 

L'étendard sans gland est levé...

Avec ces feuilles :



 

Durant l'hiver 2016 - printemps 2017, une partie de la tête à sécher. Depuis longtemps, pour pas dire depuis le début, la tête de cet arbre me pose problème, la branche qui est devant n'est pas assez bien pour être de tête, et celle qui est de tête part trop en arrière... Bref, pour 2017, je laisse faire.

 

Pas eu de rempotage depuis ? Ben si, mais quand ? 

Photo de 2019

 

 

Durant l'hiver 2019, quelques coups de vents balayent la Charente Maritime.

Forcément, je regarde la météo et je rentre les arbres qui risquent... Lui, son pot est lourd, pas une feuille dessus, il ne devrait pas bouger...

Et le lendemain, je le retrouverais par terre. L'étendard a fait voile. A voir au printemps 2020 l'étendu des dégâts.

 

Février 2020. Le pot, lors du dernier rempotage soit 2016, était fendu, là, au dépotage, il a rendu l'âme. 

Le racinaire, dans " ma " chamotte est incroyable ! Nettoyage à l'eau, bof, même pas peur, il faut nettoyer au tournevis pour essayer de retirer un peu de racinaire, à défaut de vieux substrat. 

 

J'ai en stock un plus petit pot, d'un bleu profond. C'est d'ailleurs dommage car même kitch, je l'aimais bien ce vert dragon moche des années 1980...

Le racinaire rentre au milimètre. 

 

L'aérien est réduit et je ne garde que le strict minimum.

 

Premier jour de mai 2021, il pête le feu. 

Ajouter un commentaire

 
×