Sur les traces de son père

Avant d'aller plus dans l'éventuelle explication de ce projet, quelques lignes sur la sortie de cet arbre.

 

11/11/13...
 

Comment je peux chercher des trucs compliqués loin de chez moi alors que j'ai des trucs qui peuvent me contenter juste là , juste à côté de ma porte et chez moi...
 

C'est assez improbable, du reste, puisque les deux arbres sortis ce jours se trouve JUSTE derrière mon tas de compost. Voilà ce qui m'attire :


 

Je vous avouerais, tout à fait honnêtement, que pour moi, sortir un arbre doit se faire, et se fait, rapidement.

En moyenne 15 min par arbre, max 45min... MAIS là, j'avais omis un léger détail : L' ARGILE  et l'eau...

Donc j'en ai sué, pour pas dire que j'en ai chié des ronds de chapeau...


 

Sélection de branches (vous noterez le morceau de bois mis en travers pour imaginer la probable future forme...

 

 

 

 

"Casse pas 4 pattes à un canard", me direz vous...

Je le laisse pousser à sa guise durant l'année 2014, coupe quelques branches durant l'hiver 2014, pousse libre durant 2015.

 

Durant l'hiver 2015, atelier au club avec Formateur "extérieur", Monsieur Pierre Hérault.

 

 

(ça c'était mes n'arbres sur la table de n'opérations, l'aubépine est dans la caisse noire au premier plan...).

 

 

Inutile de préciser que je connais tout de même une (petite) partie des règles qui régissent le  monde du Bonsaï et forcément cet arbre est "hors normes".

 

Monsieur Hérault, je ne le connais que d'après son parcours, nous nous sommes croisés dans des expos et sais également qu'en France il est l'instigateur de ces fameuses règles. Quel sera sa réaction face à mon choix ?

 

En gros, si ça ne se voit pas assez, le fils est derrière le père.

 

En général, le père couvre le fils. Dans ce cas précis, le fils suit son père...

Ayant travaillé en prison, (...), avoir un père qui couvre le fils n'est pas la chose que j'apprécie le plus...

 

Bref, il y a tout de même des points positifs, notament exactement les mêmes mouvements au niveau des troncs, le fils est en retrait par rapport au père, une écorce qui commence à être "regardable", en bonne aubépine, de nombreux bourgeons sont sortis et me permettent de la former. Curieusement en discutant avec  Pierre Hérault, celui ci "approuve" mon choix, m'expliquant même qu'il a aussi formé un arbre "à l'identique", mais en tant que tel, il a dû en assumer les conséquences (critiques de la part des gens)...

Au retour à la maison :



 

Bien qu'elle semble encore trop haute, le rapport nébari-hauteur est quasiment respecté... Pour garder un peu d'affection entre ce père qui ouvre le chemin et protège son fils, une branche du père passe derrière le fils formant ainsi la première branche qui manquait tout de même au fils.

Photo du printemps 2016, les premières feuilles :

 


 

Un constat : Elle pousse bien ! Normal, c'est une aubépine...

En mai 2016, sur la table de travail :

 

 

Pour tout dire, je coupes des trucs presque chaque semaine ! Puisque je vous dis qu'elle pousse, faudrait voir à me croire...

Après quelques petites rectifications et de petits fils, ça et là :

 

Img 1934

 

Pour le plaisir, j'ai rapproché quelques pots, j'ai 3 ou 4 pots potentiels, je crois que je vais bien l'aimer cet arbre.

Une taille toutes les semaines  °_O  ça permet de sélectionner !

 

 

En regardant de plus près, enfin surtout les photos, la tête du père pourrait être descendue. A voir dans quelques mois, ça c'était en juin. 

 

Et puis à force de réfléchir, ben, je prends la concave (juillet 2016) et descend la tête du père. Un peu de fil pour faire de la branche une nouvelle tête et le tour est joué. L'arbre sera plus regardable en hiver,car plus compact, plus acceptable au regard des règles.

Curieusement, c'est la branche de derrière qui prend plus de sève et continue à pousser fort. L'automne approche, le gavage d'engrais également...

Sauf que l'automne 2016, voire l'hiver 2016 n'a pas été à la hauteur des pluviométries habituelles et donc EXIT l'engrais d'automne...

2017 serait une année pour la passer en pot plus regardable ou, en tout cas, au moins un rempotage, histoire de voir comment évoluent les racines; ça lui calmerait peut être sa pousse quasi  ininterrompue... Et encore...

 

En tout cas, avant le printemps 2017, je me permets de jouer avec les fraises tungstènes pour réduire les moignons. Et quelques temps après, et ce n'était pas forcément au programme, un rempotage dans un pot de culture. 

 

 

Pas forcément l'orientation que je voulais mais c'est le racinaire qui m'a guidé, et ce n'est qu'un pot de culture. La tête du père est en cours de re-structuration. Actuellement, dans l'idée que je m'en fais, le fils est bien trop devant le père.

 

Fin Avril 2017

Vraiment toujours impressionné par la façon dont pousse cette aubépine. J'en ai donc profité pour refaire la tête du père avec de jeunes bourgeons qui en quelques semaines me permettent de placer un peu de ligature.

Si je voulais être cohérent, il me faudrait encore faire sauter une branche sur le père et repartir sur le bourgeon qui est bien placé... .   

 

Mi avril, toujours de la pousse, des bourgeons, des branches qui s'allongent, d'autres qui poussent où je ne veux pas... Bref, je sélectionne, je religature ... Refais également la tête du père et celle du fils, certaines branches sont légèrement tournées.

Le reste de l'année 2017 aura été en demie teinte : l'arbre a moins poussé.Bien sur à cause des températures trop élevées, je n'ai pas pu apporter l'engrais que je voulais quand je le voulais, mais aussi à cause de l'arrosage automatique qui ne semble pas lui convenir. Je m'explique, si sur l'ensemble de l'arrosage il y a peu de pression, ou par fois un manque de pression et donc un arrosage faiblard, il n'en ait pas de même sur le départ, endroit où se trouve cette aubépine.  

 

Mars 2018. Pas d'interventions sur cette aubépine mais une "rencontre" avec une photo dans un album de la kokufu n°79 où un junip a une forme très proche de cette aubépine... ET noté Master piece, pour un arbre qui ne respecte pas les rêgles, ce n'est pas commun !

Je commence à me dire que je pourrais peut être faire un arbre "qui donne mal à la tête" et que la tête du père pourrais revenir vers le fils ? 

 

Il y aurait alors un mouvement discret, à voir, mais je vais ligaturer en fonction cette année. 

 

Mai 2018. La seule branche qui devrait, pardon que je voudrais voir pousser ne pousse pas !

Pour le reste c'est toujours une taille par semaine voir par jours... La voici : 

 

 

C'est vraiment un arbre que j'apprécie, aussi parce qu'elle avance bien. Le prochain rempotage devra peut être faire que le fils revienne à la place qu'il aurait dû avoir dès le début ? En tout cas ça bougera dans le pot, celui ci ou un autre. 

 

En avril 2019, comme beaucoup d'aubépine cette année, je me permets de laisser des fleurs. Je retire habituellement pour éviter qu'elles ne perdent de l'énergie qui serait mieux dans la pousse...

La tête du père me pose encore un cas de conscience, bien que j'ai une vague idée de la façon dont je vais gérer l'histoire. 

 

 

La voici quelques semaines après, fin mai 2019 : 

Bonne pousse, comme d'hab', et prise de décision pour la tête du père. Je refais tout, repars sur du jeune. 

ça ne se voit pas mais la tête part vers la droite, maintenant...

 

Et surtout laisser faire sa vie maintenant, photo du début juillet 2019.

 

 

Pas forcément les branches que j'aurais voulue voir tiger mais ce n'est pas si grave.

 

2020, il est temps de changer de pot.

Aller, doux réveur, dans quel joli pot, tu voudrais la voir ? Forcément le joli bleu clair, au fond, aurait était le premier choix...

 

Bon, j'oublie. Réduire la hauteur du pot à défaut.

  

En photo, elle semble perdue dans ce pot. Dans la vraie vie, je trouve ça plutôt très bien, forcément un pot de couleur aurait été mieux.

Fin mars 2020, beaucoup de fils posés (mal... Tennis elbow). reprise de certaines branches, réduire à gauche (par rapport à la photo précédente) repositionner la branche de droite et simplification de l'arrière, où il y avait vraiment beaucoup de monde...

 

Début avril 2020, les feuilles sortent tranquillement, et d'ordinaire, je ne travaille pas (encore) un arbre déjà (trop) travaillé.

Mais j'ai des branches qui me chagrinent encore. Et cette année, je devrais couper encore beaucoup sur la tête, pour, comme noté plus haut, pouvoir refaire la tête.

C'est un des arbres que j'ai fais dont je suis vraiment assez fier... Il y a des défauts, certes, mais remontez en haut de page et finalement...

 

Je ne m'y attendais pas mais à la fin avril, quelques fleurs apparaissent.

Elles sont assez bien réparties sur le devant de l'arbre.

 

D'habitude, je les aurais fait sauter, qui plus est l'année d'un rempotage, mais bien qu'elle soit un peu jeune au niveau de la ramification de la tête (entre autre) je la proposerais bien à Maulévrier .... alors si les fleurs pouvaient laisser la place aux fruits, ça n'en serait que mieux.

 

Sauf que nous sommes en 2020 et qu'à cause d'un pangolin, l'année sera mouvementée. Alors ces fruits ne seront réservés qu'à mouaaaaa.

 

Photo d'octobre 2020

 

 

  J'avais laissé 3 fleurs à l'arrière et ces deux juste devant (faîtes un effort, ça y est, vous les avez vus ?) et je trouvais qu'avoir juste ces 2 fruits idéalement placés faisaient bien. (note pour les plus observateurs, il y a un jeune pied de lonicera qui squatte le pot. Il sera sorti en automne pour rejoindre un autre pot.).

 

Quelques temps après, novembre 2020, sans feuilles, on voit mieux les défauts. 

 

Quelques temps après, mars 2021, je taille quelques branches devenues trop épaisses en tête. 

Et presque au mois de mai, avec la quasi totalité de ces fleurs ouvertes : 

http://www.espritsdegoshin.fr/components/com_agora/img/members/3910/mini_aubép-ich-fleurs-2021.jpeg

 

Si vous avez retenue ce que j'ai écrit plus haut, avec ces quelques felurs de 2020 j'avais déjà eu envie de la proposer à Maulévrier, donc forcément là, 2021, des fleurs partout, j'ai tenté.

Et j'ai étais retenu. Sauf que...

Sauf que, après les fleurs viennent les fruits (hein, jusque là normal). Deux semaines avant l'exposition de Maulévrier, c'est l'anniversaire de mon Frangin. Celui ci habite dans le Doubs. Nous décidons de lui faire un anniversaire surprise et de partir là bas durant 4 jours. Vu que cet arbre doit avoir ces fruits pour l'expo, je prends mes "précautions " et le couvre avec un filet (version moustiquaire) et même je double la moustiquaire rapport au fait que certains fruits auraient été laissé à la vue des z'oiseaux...

 Au retour, de notre voyage, l'arbre a fait un automne précoce sous sa moustiquaire et le feuillage est rougeatre, mordoré. Whaou. 

Et là, je me dis fruits + feuillage de "ouf", forcément le public n'est sera que conquis...

ET BOUM, gros orage.

Et quand j'écris "gros orage", on a pris du "bon gros orage", bien violent avec  des trombes d'eau... ET ? 

Ben ? Toutes les feuilles sont tombées. 

Snif.

Un squelette avec des fruits. Une saison d'avance, donc pas convenable pour une exposition d'automne d'avoir un arbre en hiver.  

L'organisateur est alors assez compréhensif et m'acceptera un autre de mes arbres (Maulévrier 2021

Cette aubépine était aussi prévu pour l'exposition de Bruges la semaine après Maulévrier. Je dois y tenter de passer mon N2. Donc, cet arbre passera du stade "arbre en exposition"  à celui " d'arbre en cours de travail". 

Ajouter un commentaire