Eternité

Une aubépine que j'avais repéré il y a quelques années (2014 ou 2015).

C'est un bout de racines d'un gros pied au bord d'un ruisseau. Après un gros coup de vent cet arbre est tombé et la racine est devenue visible. J'ai de la chance car il y a aussi de petites racines sur cette racine. Je ne l'ai pas sortie la première année, ni la seconde car j'avais un doute sur la vigueur des petites racines. La laissant prendre un peu de vigueur, elle ne sera sortie qu'au printemps 2016.

 

La voici remprendre un peu de vert. 

 

La pierre, quand à elle, vient de Vendée, chez des copains.

Surement un truc ramassé il  y a longtemps sur la plage tant nous verrons les mêmes quelques centaines de mètres plus loin, les pieds dans l'eau. Elle sera laissé tout de même durant deux ans dehors et arrosée en même temps que mes arbres afin de faire sortir les restes de sel éventuels qui pourraient s'y trouver. En deux ans, de la mousse se dévelloppe gentiment, preuve pour moi que le sel n'est plus là.

Je prends aussi la décision de couper le "cul" de la pierre. De la même façon, je fais une lacune derrière, un endroit pour installer mon arbre.

 

 

 

L'idée c'est donc de faire cohabiter les deux, un peu à la manière de ce que l'on voit au Japon.  Voici un virtuel de ce que souhaite obtenir.


 

 

Printemps 2017, je tente le coup. Il me faudra d'abord recouper la pierre, car, surement un peu trop d'espoir m'avait espérer un racinaire parfait. Je ferais aussi un petit panier avec du grillage plastique afin de garder la pumice et la chamotte autour de cet arbre. 

 

 

Pas forcément la place que je souhaitais, mais ce n'est qu'un début...

 

En espérant un début d'éternité. 

 

Deux semaines plus tard, les bourgeons gonflent vite. Je l'ai mis en plein soleil.    

 

Mi mai 2017, elle est bien sur son rocher, ne pousse pas, enfin les feuilles sont vertes, mais pas encore la forme Olympique. C'est normal, c'est la première année... 

 

Mars 2018. 

Bien souvent on lit qu'un arbre doit avoir les mêmes mouvements dans son tronc que dans ces branches... Personnellement, je ne suis pas d'accord, surtout quuand la forme du tronc vient d'un accident (façon tempête). Dans ce cas précis, cet assemblage est plus façon bord de côtes, une sorte de battu par les vents. 

 

Bien que ne souhaitant pas faire du scoobi doo, je donne un peu de mouvement à la branche de tête qui passe derrière le tronc (gloups, je suis pas sûr que mes mentors vont apprécier ! ). Et si je suis mon idée et virtuel de départ, je ne devrais pas garder le bout de branche qui est presque à toucher la pierre. 

 

Je me tâte aussi pour réduire la dimension du paquet en grillage plastique, mais je pense la laissé pouser cette année avant cette opération.

 

Durant l'hiver 2018, je la remise avec ces petits copains à l'abri. Bien que j'arrose souvent (au moins une fois par semaine) je trouve qu'il y a un truc qui ne va pas. En début de printemps, c'est encore pire. Quelques bourgeons sembleraient vouloir sortir mais c'est tellement poussif que j'ai encore plus le doute. 

 

Quand ils avortent, là, je me dis qu'il y a malaise. Bien qu'il gêle encore un peu le matin, je la remets dehors, la pierre dans son suiban. 

A chaque arrosage le suiban se remplit d'eau et la pierre calcaire fait éponge. L'arbre semble repartir. MAis c'est poussif. 

 

En avril 2019, la machine est bien relancée et les feuilles bien ressorties :

 

Enfin quand je dis bien ressortis, c'est un bien grand mot. disons qu'elle est au moins vivantes. Donc suppression des bourgeons morts et branchouilles sèches.     

 

 

Je retire également le bout qui fermait la boucle (Espaces vides fermés sont mal vu en bonsaï, je l'ai appris en 2018 et depuis j'en vois partout sur mes arbres, snif).

 

Cette opération laisse, en tout cas sur la photo, un impression de coupe droite. Je l'ai bien sûr reprise mais pour le moment, je ne peux pas faire mieux.

 

Il faudra vraiment un rempotage en 2020. 

 

Février 2020. J'espérais avoir une réponse sur le racinaire en rempotant. Je veux dire, vu qu'elle n'est pas poussante, c'est probablement que le racinaire pourri ? Qu'il n'y a  pas d'évacuation pour l'excédent d'eau ? Non, rien de tout ça. Par contre, je constate (parce que j'avais oublié) que le fond de la pierre, je l'ai rempli de zéolithe. 

 .

 

Alors je vire la zéolithe, procéde à un nettoyage des racines, vire les petites radicelles qui ont tendances à remonter et à faire de la feuille, remet en place, pas non plus dans la position que je souhaite et remplie  de "ma chamotte" tamisée pour n'avoir que du fin et moyen. 

 

 

Remettre le substrat n'est pas facile, surtout que je n'ai que deux mains... Enfin comme tout le monde... Je fais un barrage avec du filet assez fin, puis j'enduis le tout de Keto fait maison et remet un filet plastique à mailles plus épaisses pour maintenir le tout.

Dans le futur, il me faudra vraiment rectifier l'inclinaison de l'arbre.     

 

 

 

Ajouter un commentaire