L'espoir

Voici une aubépine issus de prélèvement, comme de bien entendu, et sortie en  hiver 2008.

 

Pour la petite histoire, elle poussait dans un creux à la base d'un vieux chêne et j'ai du la sortir à la tronçonneuse (pas aimé la tronço, bouffer de la terre...).

C'est le mouvement du tronc que je recherche et puis un peu de vécu; celle ci a un peu de tout ça...

A 2009Voici une photo du printemps 2009

Elle pousse dans un "substrat" ultra drainant, constitué de chamotte. Ce doit être mes premiers essais avec la chamotte et les résultats sont assez porteurs d'espoir.


 

2010 a

 

Photo de 2010, par manque de chamotte d'avance, rempotage dans du gravier de route.

Elle est encore longue et puis trop droite, et puis... Il y a un truc qui me chagrine mais je n'arrive pas à comprendre "quoi".

Je travaille comme un speudo battu par les vents, moche...A 2011Photo de 2011.

 

Et puis j'ai rencontré Christophe (Blog bonsaï 365) qui était à l'époque Président du Bonsaï Club Girondin.

 

Donc suivant ces conseils, l'hiver d'après je l'ai rabattue parce que c'est vrai qu'elle était (vraiment) trop longue et sans avenir.

 

Je l'ai construis avec trois branches et suite à la première expo de club à laquelle j'ai eu la chance de pouvoir m'incruster (avec certains de mes arbres...) je suis tombé devant un sylvestre qui m'a fait réfléchir toute la nuit (...)

Dans le même temps, ou presque, et suite à un mauvais rempotage car l'arbre n'est pas attaché dans son pot, l'aubépine est "tombée" et je l'aime bien comme ça.

Dscn9604 3b64333

Je comprends alors d'où venait mes erreurs.

Avant ou après cette "chute" dans son pot, je me rends compte qu'il y a des galeries de fourmies dans le tronc, que je m'empresse de faire sauter au dremel.

Son déséquilibre, que je souhaites garder en l'état, fait qu'on me propose les pots "coquille" mais que je trouve, en règle générale, assez mal faient.



 

Avant de me focaliser sur un pot d'expo, puisqu'elle en est encore loin, je lui trouve un petit mica pot, de culture...

Photo du rempotage printemps 2014



 

Malgrè tout, je la relève un peu, je rentre dans le rang parce que la règle pour "les penchés" ce n'est pas l'inclinaison qu'elle avait avant.

Le racinaire est constitué de radicelles, et donc pas assez fort pour la maintenir dans son pot, il faut donc lui installer des étais en bambous.

Ce n'est pas forcément très visible sur la photo mais la tête est fuyante. Il faudra faire venir plus vers l'observateur lors d'un prochain rempotage.

Durant l'année 2015, un insecte xylophage fait 3 trous parfaitement ronds sur le bois mort.

 

Cela fait longtemps que je souhaite essayer un produit que j'utilise pour les pieds de mes chevaux : Huile de goudron de Norvège.

Je l'introduis à la seringue par ces satanés trous parfaits que j'élargie et rend moins ronds, plus naturels ... Le bois devient noir, très naturel déjà, à défaut de le rendre imputressible.

Je laisse une branche en tête pousser ainsi qu'une branche surle côté gauche, qui passe derrière pour finir (pour l'instant) sur le côté droit.

 

Photo, après un peu de taille, au printemps 2016

 

Img 1626

 

Et puis avec les premières feuilles :

 

 

TRES TRES TRES (TRES) bonne pousse durant 2016,très souvent taillée, du fil très fin pour quelques petites branches...  Tellement que je prends à la voir l'année prochaine dans son pot définitif. L'idée de la pencher vers l'observateur n'est plus aussi nette au motif que lorsque je le fais, on a une légère inversion de conicité au niveau du premier tiers de l'arbre. Je forme la tête pour être soit dans cette position ou bien un peu plus relevée... 

 

 

Comme à l'accoutumée, je taille jusqu'à la mi juin, voir les quelques jours de juillet, puis laisse pousser librement.

Un virtuel (tout à fait possible)  dans quelques années :

 

 

 

Une légère taille sur les pousses de 2016, elle ne tient toujours pas sur ces racines, je lui fiche donc la paix encore au moins cette année 2017 avec de la nourriture au programme. 

 

 

Bien que la position ne soit pas définitive (comme je l'ai noté plus haut, pour l'instant elle est fuyante et penche vers l'arrière) je me permet de bloquer le pot et de ligaturer les branches de tête.  Je n'ai pas de solutions pour elles, elles ont poussées vite et les bourgeons sont un peu loin pour espérer une sortie de bourgeons en cas de taille.

 

Mai 2017, le bourgeon que j'attendais  en tête est enfin là, et il fera en sorte que l'arbre soit un peu plus devant, moins fuyant, me permettant de ne pas revoir complétement ma copie. Une branche de gauche est haubannée  pour être un peu descendue.

 

L'autre soucis, c'est la base de cet arbre, il y a cette inversion de conicité que  je ne sais pas gérer. Comme souvent, je m'appuie sur une racine existante pour y mettre une pierre . Bon, le problème est de trouver la bonne pierre...

Durant le mois d'octobre 2017 un champignon se forme à la base de cette aubépine, c'est un polypore (après une rapide recherche). ça élargie un peu la base, mais ce n'était pas voulue...

 

La pierre que j'ai trouvé et posé ne me plait pas trop, mais toujours pas facile de trouver chaussure à son pied. L'idée de travailler le bois mort sur la partie centrale me démange MAIS le gros problème (encore) c'est que travailler un arbre c'est tout de même mieux qu'il tienne sur ces racines, aussi.

 

Lors d'un des passages de mon "voisin" Nessi, à l'évocation de ce soucis, la solution proposée serait de lui fixer une plaque sous le racinaire (aluminium ou plastique) et d'une grosse vis et de fixer la plaque au pot en passant par les trous de drainage.  Accessoirement, je me suis récupéré un peu de plomb (vieille canalisation) qui me permettrait de lester l'arbre. Son rempotage est normalement prévu en 2018... 

   

Et mars 2018 arrive. La semaine d'avant, lors d'une discussion au club, j'entends que le plomb ne serait pas terrible sur les racines de nos arbres, donc c'est l'idée de Nessi que je mets en place, mais la voici avant : 

J'avais appris à l'aimer dans cette position mais, preuve qu'elle insiste vraiment, c'est une autre qu'elle prendra lorsque je la fixe ET accessoirement la même que quelques années auparavent !  Hasard ? 

 

Donc, si pas de plomb, c'est la perceuse et une plaque de plastique dur qui seront mis à contribution pour la fixer. 

 

Elle est fixée dans un pot d'occasion et pas celui que j'avais pu lui acheter chez Monsieur Auvinet lors d'une expo de Maulévrier. (Et pourtant, je l'apprécie le pot de Monsieur Auvinet, mais ce pot me parait, aujourd'hui, moins crédible que ce pot bleu).

 

 

J'en ai profiter pour la "redresser", pardon,  ramener le tronc vers l'observateur, ainsi le tronc n'est plus fuyant. 

Il me faut aussi ligaturer quelques branches du fond qui sont (dans cette position) devenue trop droites ou hautes. 

J'en profite aussi pour supprimer la branche qui faisait aussi office de première branche (à droite)  mais qui partait de la gauche...  Finit le tour de passe passe. 

 

Une de mes grosses interrogations est la future propagation éventuelle  du gros champignon parasite qui s'était dévelloppé à la base de cette aubépine. Je l'ai retiré et je pensais traiter le bois... Sauf que le bois en question était très humide au moment du rempotage et qu'il est maintenant sous le niveau du substrat. Les poylypores peuvent vivre durant des années sur un arbre (mais annonce éffectivement une fin assez proche...). 

Quant aux racines qui étaient à gauche ? J'ai incrusté une  pierre que j'estime plus belle dessous et recouvert de substrat.  

 

Avec un peu de feuilles et avec le décorum "exposition" :

 

 

Du coup, elle me plait et je la proposes à Maulévrier 2018. Elle est sélectionnée (avec une autre tablette, celle ci ne convenant pas, après recherches). 

Je sais, je ne me suis pas appliqué sur la photo  :/ 

 

Soit 10 ans entre le prélèvement et la présentation, avec quelques années de tatonnements tout de même...

Durant l'hiver 2018, elle sera vite mise à l'abri, le pot est quand même très fin...

 

2019 devrait être une année où je laisserais tiger un peu plus la branche qui pars vers la gauche, de façon à faire moins "boule" et faire un triangle plus accepté en bonsaï.

 

Avril 2019

 

La voici à la sortie du "jardin d'hiver", donc en avance en comparaison des copines qui ont passé l'hiver dehors.

 

.

 

Quand je la ramène au club, c'est souvent qu'on veut que je la redresse un peu et que je la présente de l'autre côté (sans parler de laisser partir un peu la partie de gauche)... Ouais, je sais ça, ça fait longtemps qu'on me le répète... Mais je l'aime bien comme ça. Je verrais au prochain rempotage. Pour le moment, je profite.

 

Fin mai 2019, il y a bien une bonne petite branche pour refaire une tête, cool. 

 

Bon, je crois aussi que la partie dans laquelle j'avais mis la vis pour la maintenir au pot à pourrit plus vite que prévu et donc j'ai une impression de chute imminente. 

 

Ce n'est pas l'époque du rempotage, alors sélection, comme d'habitude. 

 

Ligature de cette petite branche. MAIS, MAIS, MAIS, ben oui, de l'autre côté c'est surement mieux. 

 

Et la petite nouvelle tête est du bon nouveau côté. Il me faudra la laisser partir sur la droite. Il y a une branche pour. Je verrais au printemps 2020. 

 

Février 2020

Pour respecter mon calendrier, noté plus haut, regard sur la partie arrière, je rectifie la partie arrière ce qui donne une boule et laisserais tiger la partie "qui part". Faisant d'elle un arbre un peu plus dynamique qu'il ne l'était.

Pour le moment il y a encore une partie un peu longue sur la branche qui forme la tête. Je rectifierais quand la pousse sera vraiment partie. Sur la face actuelle, pas de gros changement.

Sur la première photo de l'actuelle face arrière, on aperçoit la vis qui pointe le bout de son nez. C'est aussi l'assurance de soucis majeurs dans quelques temps. Sous entendu le bois dessous doit être du "carton pâte" et il me faudra intervenir... Comment ? Résine?

 

Fin mars 2020, les bourgeons sont bien gonflés et je reprends les ciseaux, et pose un peu de fil. Comme prévu, je la forme maintenant pour la regarder de l'autre côté. Et de façon plus dynamique donc il me faut faire partir les branches plus dans le mouvement et réduire la partie qui faisait l'équilibre...

 

Note pour plus tard : Penser à regarder ce que j'ai écris les années d'avant, avant de travailler...

 

Mars 2021, rempotage pour formation sur l'autre face...

Oui, à partir de juin, je ne taille plus du tout, alors, c'est un peu la jungle.

 

D'abord taille des branches trop longues, puis rempotage.

Saurez vous apprécier la galette Charentaise ?

 

Hein, quand même, pas mal...

 

Et une fois remise dans son pot, je tente de la relever un peu plus qu'elle ne l'était.

 

Lorsque j'ai retiré cette fameuse galette,et malgré le fait qu'elle est été tenu (dans un premier temps) par une vis à bois passée par le trou de drainage, j'ai été surpris car elle tenait seule debout dans son pot. 

Au rempotage, pas mal de racines ont sauté, donc j'ai remis la visserie, et pour assurer le coup, j'ai mis une cale dessous. 

 

 

Mai 2021.

Elle est pas dégueu de ce côté, quand même...

 

Et une photo à la mi juin 2021

 

 

 

 

 

 

.

 

Ajouter un commentaire