Petite sur roche

Un "tronc" plus petit qu'un crayon de papier de chez Ikéa, personne n'en veut... Contrairement aux crayons qui restent, involontairement, dans nos poches lorsque l'on quitte le magasin...

 

Mais c'est un bon départ, en tout cas ça peut servir d'expérience (je parle de l'aubépine).

 

Un petit plan arraché en 2007 sur le passage qui me conduit à une parcelle que j'utilise pour mes chevaux.

La tête a était coupée par le passage du giro, un départ d'une branche bien trop basse pour un "fils" et pas forcément un double tronc. J'y vois une branche d'équilibre. Si elle disparait l'arbre est encore plus moche. 

Le petit moignon de bois sec, contraire aux normes, explique facilement la création de la nouvelle cime.

 

Photo de janvier 2013.

 

 

En 2012 je l'avais rempoté dans "ma" chamotte et dans un pot en syporex fait maison.

En 2014, empotage vite fait avec un pot tout neuf, brut. Il est tard dans la saison pour un vrai rempotage, alors je ruse et retire juste la motte et positionne dans son nouveau pot.  Je me dis qu'il restera à poser des branches avec un peu de ligature, et lors d'un vrai rempotage, peut être, la positionner très légèrement sur la gauche...


 

Et puis, toute nue en février 2015.


 

La mousse reste très pratique pour masquer le manque de racines sur la droite. Dès l'implantation sur ce cailloux, cette racine n'avait pas survécue complétement à sa mise "à l'air".

Je trouve un pot que je trouve joli, plus conventionnel, que ce pot brut. Ce pot est bien moins épais, une bonne sélection des racines, j'en profite pour faire sauter le petit bout de racine sur la droite.

 

Img 1612

 

La tête reste toujours trop lourde et machinalement lors du rempotage, je l'ai repositionné à l'identique. Mais j'apprends...

 

2017 printemps. Alléger la tête... Plus facile écrire qu'à faire il faudrait pour bien faire les choses taper généreusement dans une des branches de gauche pour avoir un enchainement admissible, alors je coupe un peu par ci par là, mais ce n'est pas encore la bonne décision.

 

Mars 2018.

Toujours le même dilemme, couper ou non cette branche en tête qui est trop lourde ou ne pas couper ? 

Mais le soucis ne vient pas que de cette branche, mais juste déjà de l'implantation dans le pot. Jusqu'à présent, pour moi, cet arbre regardait vers la gauche donc sa position à l'extrême droite du pot me semblait crédible, mais à force d'entendre le contraire, je trouve qu'elle n'est plus à sa place...

 

Donc :  

Au moins, plus au milieu, il y en aura pour tous les goûts. 

 

En fin d'hiver 2018, je la travaillerais avec l'enseignant. C'est fou comme ceux qui ont un enseignement Japonisant ne peuvent se passer du tachiagari et de l'indication qu'il devrait en donner. 

 

Celle ci part sur la droite, donc il faut limiter la masse verte sur la gauche pour laisser la masse verte à droite... coupe coupe et coupe... Quelques mois ensuite, à la  sortie de l'hiver, avril 2019 :

 

  

 

Autant la direction est extrêmement marquée sans feuilles, autant avec les feuilles, je trouve qu'on revient un peu à la même chose... Non ? Mais elle semble même plus haute.

 

Alors du coup, je m'y fais assez bien et trouve la transformation réussie.

 

   

 

Cette photo de juillet 2019, petite pousse suffisante. Je dois régulièrement surveiller des petits bourgeons latents qui se réveillent au niveau de l'ancienne première branche.

 

2020, juste un peu de taille, reprendre les longueurs laissées à tiger en 2019.

 

 

Maintenant, je me dis que la tête aurait gagné à être simplifiée...

 

Début Avril 2020. Cet arbre a bien poussé et je dois déjà retirer quelques grosses feuilles, la branche qui me gênait a aussi été retiré. 

 

 

C'est un peu plus léger en tête, je pense que je ferais un peu plus de transparence .

 

Alors, je calcule, de tête mais 10 - 5 ?

Oui, ça doit faire 5

 

Donc 5 jours après la photo du dessus : 

  

Tu parles de transparence, toi...

Du coup, j'ai qu'à dire que je préfère quand c'est plus compact... 

Ajouter un commentaire

 
×