Créer un site internet

Le yamadori

LOL

 

Vous allez vite comprendre pourquoi ce sarcasme...

 

Qu'est ce qui fait rêver les débutants ? 

 

Hein ? 

 

J'veux dire après les pins, les érables et les Junips ? 

 

Et bien c'est les Yamadori, les prélèvements qui viennent des Montagnes, parce qu'il n'y a que ça de vrai les Yamadori...

 

Re LOL. 

 

Bon, mise au point effectuée. 

 

Je reprends plus sérieusement. 

En décembre 2015, une personne que je considère alors comme un ami, nous convie (ma femme et moi) à passer le réveillon dans le chalet de son père au plein coeur du parc régional des Pyrénées, histoire de nous en mettre plein les yeux...

 

Le week end aura été "sympathique", merci... 

 

Durant une sortie sous la neige qui tombe à gros flocons se passera un truc improbable, c'est à dire qu'une portion du chemin qui nous surplombe s'affaisse et en plus des petits rochers et cailloux tombe un buis. Il n'est pas terrible, deux grosses racines mais un tronc écorcé sur toute la longueur. Je le sais condamné et je tente le coup.

 

Emmitouflé dans une poche plastique, il fera le trajet vers la pépinière pleine terre de façon confortable. 

 

2016. Le climat Charentais semble lui convenir puisque de nouvelles feuilles apparaissent.

 

2017. Je constate qu'il n'est pas attaqué par la pyrale du buis, je me dis que puisqu'il est sous les autres arbres et que l'arrosage automatique envoie une partie de la nuit, les papillons de pyrales l'ont surement oublié. 

 

2018, fin de l'aventure "pleine terre" et je donne, à qui veut bien venir le chercher, les arbres de débutants qui remplissent ces allées. Malgré tout, celui ci, qui a une grosse patate, je n'ai pas forcément envie qu'il parte et me le garde. 

 

 

On les voit bien les deux grosses racines, hein ?

Pas forcément beaucoup de choix pour le faire rentrer dans un pot de culture. Couic. 

 

 

Sortir un peu de fil d'alu, pour se faire la main sur du bois qui est tout de même très cassant. 

 

 

On est d'accord que ça ne fera jamais une bête de concours, mais il est tout de même permis de réver : 

 

 

Octobre 2020. J'ai un peu zappé la "bonne" période pour la taille (en général quand les jeunes feuilles deviennent de la même couleurs que les anciennes soit septembre chez moi) et c'est un peu tard que je le travaille.

 

  

Il n'y a pas simplement la mauvaise mousse et diverses algues qui ont poussé, ce buis aussi.

Il faut donc revenir en arrière, trouver les feuilles dont sortirons les prochaines branches, qui formeront l'arbre dans quelques années. 

Forcément, sans feuilles, on voit un peu plus les défauts. :/

 

Ajouter un commentaire

 
×