Créer un site internet

Les arbres de l'école

Suite à ce "sujet"  (:  Aller à bonne école. )  et puis surtout face à mon incompréhension quant à certaines réflexions sur mes arbres et aussi sur les arbres des autres, je me suis dit qu'il serait grand temps que je combles mes lacunes et que je comprenne ce qui va et surtout ce qui ne va pas. 

Pour le coup, j'ai bénéficié du retour au sein du club d'un de ces membres fondateurs. Monsieur Jacques Marty pour ne pas le citer. Son expérience d'enseignant et sa formation avec Hidéo Suzuki sont pleinement dans la recherche de rigueur "formatée et formante" que je recherche. Les Japonais disent que la pire des choses c'est de pas connaître les "règles".

 Note : Sous entendu,vu qu'on les connait, parfois on peut s'y soustraire, mais c'est une autre histoire...   

Les cours se déroulent de façon assez simple, d'abord on a  le cours (fiche écrite) puis on passe à la pratique, logique en somme. 

Voici quelques arbres que j'ai travaillé durant ces cours. Tous ne sont pas parfaits dans la codification mais c'est ce que j'avais de plus approchant au moment des dits cours. 

Cours sur les Moyogi, deux charmes.

Une autre scéance, pas de thême, si ce n'est "priorité" aux érables... aïe, j'en ai très peu... 

 érable champêtre, version père fils. 

  Un érable speudoplatanus, un de mes plus vieux arbres en pot, 1994... Je ne le voyais pas forcément en semi cascade, il mérite d'être plus penché, mais le manque de câle ne me le permettait pas pour la photo. 

Et puis un orme dont j'ai oublié la variété mais dont le bois est hyper cassant et dont les bourgeons sont très serrés, c'est un arbre à Jacque F. 

La base sera marcotté, elle n'est pas trop belle, juste une racine en plein devant, ce n'est pas le mieux. 

Cours sur les cascades et semi cascades. 

Un petit lonicera que je n'avais pas prévu de travailler durant l'hiver, mais au printemps suivant, plus saïkeï (paysage)

Avant 

Après : 

Un procubens 

 

Cours sur shohin et mame. Pas de grosses transformations : 

 

 

Mon vieux frène. Juste rentrer un peu dans les branches qui sont, c'est vrai, parties un peu loin, refaire une tête, mais le plus important serait de faire que le nébari soit plus académique.

Bien sur, la proposition de marcotter est envisagée mais je m'y refuse. Plus surement, je pense greffer par approche un jeune plant dans le trou visuel qui se trouve à la base côté droit. 

 

 

Le plus petit de la collection, lonicera, et pourtant le but est de le ramener vers un "grand droit formel", donc un gros fil pour le redresser. - de 7 cm hors pot. 

 

Alnus glutinosa, un aulne. Bien que j'ai commencé le "bonsaï " il y a lontemps avec cette espèce, je n'en ai jamais eu depuis. Là, il s'agit d'un arbre qu'une personne du club m'avait donné. Nigel, c'était son nom, est mort quelques temps après. Alors, je construis ce petit en pensant à lui. Le travail à consister à refaire un tête puisqu'elle avait séché durant 2018 et compacter un peu. Donner une direction également, donc c'est barre à droite. 

 

 

Bon, c'est elle qui a pris le plus cher. Une aubépine avec une première branche qui a sauté, et puis pleins d'autres également. 

 

Pas de projet pour ce bout de bois  arrivé avec les arbres de Michel Sacal et du copain ; cet arbre n'emballait pas l'enseignant, et moi non plus du reste, donc j'ai fait du "Vev" (ou plus du couper laisser pousser), coup de pince, un fil et puis on verra dans 2 -3 ans. 

La branche qui est derrière, c'est au cas où la ligature sévère ne plaise pas à ce petit...

 

 

 

 

 

A la fin de l'hiver, j'ai été invité par l'enseignant à rejoindre le groupe des plus grands... (8 ans de cursus pour certains, avec des cours pris dans d'autres écoles avec des Maîtres Japonais, tout ça, tout ça... ). Sur le principe, la réunion dure sur le week end, mais je n'ai pu être présent qu'un seul jours.

Un gros charme issu de prélèvement et culture pleine terre (2 ans). 

Une forêt faite par Michel Sacal et qui n'avait pas été travaillé depuis sa mort. 

Je n'ai pas eu le temps de faire la totalité lors de cette journée, et donc photo du lendemain à la maison : 

 

Cours sur les forêts. Sur une première phase, mes arbres sont jugés trop jeunes au niveau racinaire. Il reparte pour une année supplémentaire en pot individuel. Je n'ai pas pris la peine de les entrenir (nourrir) autant que j'aurais dû et certains meurent.

Février 2020, je ressorts mes charmes et dans une matinée ensoleillée mais fraîche, j'assemble une partie de ces charmes ainsi que de nouveaux pour former un groupe de 11. 

 

 , 

 

 

 

Ajouter un commentaire